mardi 13 octobre 2020

Le vrai/faux de la continuité écologique

Voici un moment que je n'ai pas publié sur ce blog. Non pas que je vous oublie mais le temps me manque et des choix sont nécessaires.

Aujourd'hui je ressens le besoin de reprendre mon clavier car des articles sont relayés sur internet, fustigeant la suppression des seuils en rivière avec comme critiques : "un désastre écologique", "Destruction du patrimoine bâti multicentenaire", "disparition des cours d'eau", "nécessité des barrages pour oxygéner l'eau", "non concertation avec les propriétaires de moulins", "vouloir faire la même chose partout" ... Des inquiétudes réelles, légitimes mais qui sont relayées sans explication et donnant libre cours à de véritables "légendes urbaines" faute de connaissance quant aux objectifs et aux méthodes de reconquête de la continuité écologique en cours d'eau. 

De plus, ces articles ont une propension à focaliser sur les désaccords, donnant la sensation que les conflits sont la généralité dans les projets de continuité écologique alors que nombreux sont les exemples de coopérations qui méritent pourtant d'être mises en valeur.

Dans le billet d'aujourd'hui, je vous diffuse des documents édités ces dernières années  pour répondre à ses questionnements et pour modérer les inquiétudes à ce sujet. En 2016, le ministère de l'écologie (MEEDM à l'époque) avait publié un document assez pédagogique au sujet de la restauration de la continuité écologique en cours d'eau.

SPOILER = NON, tous les barrages et tous les seuils ne vont pas disparaitre. La suppression est étudiée au cas par cas, en fonction de nombreux critères tels que l'aspect patrimonial, l'utilité, l'état, les projets d'hydroélectricité en cours, le droit d'eau, la possibilité de restauration du cours d'eau pour conserver une lame d'eau acceptable, l'impact sur l'érosion des berges et j'en passe. Une longue concertation avec le propriétaire a lieu et il y a toujours plusieurs types de solutions à étudier et envisager : arasement, non intervention, équipement d'une passe à poisson pour conserver le barrage, etc.   

        1. Pourquoi la reconquête de la continuité écologique ?  

Petit rappel car il y a plusieurs articles à ce sujet dans le blog. Un document édité par l'ONEMA (OFB maintenant) Pourquoi la reconquête de la continuité  

        2. Vrai/Faux de la reconquête de la continuité

Je n'ai pas retrouvé le document du ministère dans la refonte du site internet mais une copie est accessible ici 

FNE avec le concours de l'ONEMA a aussi édité un document : "restauration de la continuité écologique des cours d'eau et des milieux aquatiques : idées reçues et préjugés"


        3. Quelques exemples pour illustrer

Dans les articles mis en ligne ces derniers jours d'où émanent les inquiétudes sur la protection du patrimoine hydraulique avec la peur de la suppression des moulins centenaires, il est souvent question des affluents de la Mayenne.

A. Le Vicoin, affluent de la Mayenne. 

Ici un exemple de suppression de seuil avec conservation du patrimoine bâti du moulin. A mon sens le seuil n'avait pas du tout de valeur patrimonial et la bâtisse n'en est que mieux valorisée... Mais ça reste mon point de vue. 

Voici donc le moulin et son barrage AVANT travaux 


Et voici le moulin et le Vicoin APRÈS travaux  


 

B. La Verzé, affluent de l'Oudon, bassin versant de la Mayenne toujours


Le moulin Colin sur la Verzé est un moulin du XVIè. Les travaux de continuité ont permis de remettre en eau le bief du moulin et enlever un barrage (que je juge immonde...) assez récent 
 
 
C. Le Moulin de Montmorency 

Parfois, quand l'aspect patrimonial doit être conservé ou quand des travaux de restauration de l'ensemble du cours d'eau visant à maintenir la ligne d'eau ne sont pas possibles (comme en ville) des solutions sont mises en œuvre pour concilier tous les enjeux.


D. Quelques exemples "en vrac"
 
Il est aussi nécessaire de rappeler que dans la grande majorité des cas, jusqu'à présent, les obstacles à la continuité écologique qui ont été supprimés étaient des seuils sans usage, abandonnés, sans aucune valeur patrimoniale ou des ouvrages de franchissement de cours d'eau mal conçus . Quelques exemples en photo




J'espère que ces documents apporteront des éléments pour rassurer ceux qui pensent que le patrimoine bâti est sacrifié et permettre d'ouvrir notre esprit sur la nécessité de préserver aussi, notre patrimoine naturel.