vendredi 20 décembre 2013

Vidéos de ZEST : les zones humides

Le Territoire de Belfort a réalisé une série de vidéo didactique sur le thème des zones humides. 

C'est Laura Zornitta l'auteur de cette série de documentaires par le biais de son association "ZEST" dont l'objectif est la réalisation de productions audiovisuelles qui s’orientent vers des projets liés à l'environnement, le développement durable mais aussi la "vie" durable, le renforcement du tissu social. Pour découvrir toutes les vidéos de ZEST, vous pouvez suivre ce lien : http://zestdurable.net/category/dechets/

Vous y trouverez des vidéos permettant de créer un composteur ou de découverte du métier d'animateur nature.

Ici, je vous propose les vidéos concernant les zones humides. 

1. Comment identifier une zone humide


2.Pourquoi préserver les zones humides



3.Procédures à suivre en cas de projet d'aménagement en zone humide 




Voici en prime un recueil réalisé par l'agence de l'eau Rhin-Meuse :"Guide d'élaboration des zones humides sur le département du Bas-Rhin : Description des données, Analyses territoriales, Guide d'élaboration. Tout est téléchargeable ici



Merci au Pôle-relais tourbières d'avoir partagé ces vidéos.

jeudi 19 décembre 2013

Retour sur le colloque "Restauration de cours d'eau de marais"

Souvenez-vous, les 8 et 9 octobre derniers, je suis allée faire un tour dans le Haut Doubs et le Haut Jura afin d'assister au colloque " Restauration de cours d'eau en zone de marais" à Labergement sainte Marie.

Suite à ce colloque, j'avais rédigé un article sur un des cas présenté : La Lemme. (pour relire cet article, c'est ici .




Le PNR du Haut Jura a publié sur son site l'ensemble des présentations power point qui ont été faites le premier jour.

Rendez-vous sur le site du PNR : http://www.parc-haut-jura.fr/fr/site-habitant/environnement/cours-eau/restauration-cours-eau-zone-marais.263-280-333__1127.php


Et surtout LE film qui retrace les travaux de restauration de la Lemme


mardi 26 novembre 2013

Revue de presse Novembre 2013

1. Les poissons d'eau douce sont plus menacés par la pollution anthropique que par les changements climatiques

Des chercheurs du laboratoire BOREA (CNRS / IRD / MNHN / UPMC)[1], de l'Université Toulouse III - Paul Sabatier et de l'Université d'Utrecht (Pays-Bas) viennent de montrer que les extinctions actuelles des poissons d'eau douce dues aux pressions anthropiques seraient bien supérieures à celles générées par le changement climatique.

http://www.notre-planete.info/actualites/3850-poissons-causes-extinction


2. Les poissons d'élevage pollués

Un reportage d'envoyé spécial concernant les poissons d'élevage et la manière dont ils sont élevés... Farines animales, antibiotiques, pollutions en tout genre. Un reportage intéressant et édifiant.

Le replay de ce reportage diffusé sur France 2 le 7.11.2013 est disponible ici

http://www.france2.fr/emissions/envoye-special/poisson-elevage-en-eaux-troubles_142763

3. Les effets du chalutage profond

Pénélope Bagieu, illustratrice qui travaille habituellement sur des thèmes "féminins" a souhaité relayer la pétition de Bloom afin d'interdire la pêche par chalutage de fond, une méthode extrêmement destructrice. Grâce à la BD dessinée sur son blog, Pénélope a créé le buzz et la pétition a connu un phénoménal succès en quelques jours. 

A vous de vous faire un avis.



4. La qualité des rivières sur smartphone

L'application était valable pour tout le bassin RMC, elle est maintenant développée pour toute la France

Le Monde en parle http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/11/25/la-qualite-des-rivieres-sur-mon-smartphone_3519683_3244.html

Téléchargeable sur google play par exemple : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.synertic.qualiteriviere

vendredi 8 novembre 2013

Restauration des cours d'eau en milieu urbain

L'agence de l'eau Seine Normandie a publié sur son fil dailymotion une série de petites vidéos expliquant l'intérêt de restaurer les cours d'eau, même (ou surtout ?) en milieu urbain.

Une belle vitrine des actions fédérées par cette agence et aussi un retour d’expérience et une vitrine pédagogique intéressants. C'est ce que l'agence appelle "Les sites Ateliers"

Pour comprendre ce que sont les sites atelier, commencez par visionner cette première vidéo.  D'ordre assez général, elle refait le point sur les perturbations de nos milieux et explique quel est le rôle de l'agence de l'eau. Et surtout vous saurez comment vous pouvez bénéficier des actions de l'agence. Les vidéos suivantes exposent des exemples concrets.

Qu'est-ce qu'un site atelier ?



Pourquoi renaturer ?



Les renaturations en milieu urbains 



Les problèmes d'érosion et de mobilité 
 


L'effacement d'obstacles et la continuité écologique

J'aime particulièrement ce dernier exemple qui traite de la Calonne, affluent de la Touques, une rivière sur laquelle j'ai pu travailler dans le cadre de la caractérisation de sa morphodynamique. Les actions menées sur la Touques ont des résultats particulièrement probants.  

 


lundi 14 octobre 2013

Le tuf


Ceux qui ont déjà randonné dans le Jura ont probablement eu l'occasion de photographier la magnifique cascade des tufs de la Cuisance ou celle de la reculée de Baume les messieurs sur la Seille. 

1. Définition




Le tuf est une concrétion calcaire, une roche d'origine sédimentaire. Elle provient de la dissolution des ions de carbone qui précipitent en s'associant avec les débris végétaux, microalgues, coquilles etc. 
Le tuf est aussi appelé "travertin". Pour des cascades comme celles du Jura, on parle parfois de source pétrifiante. 


Toutefois, les formations de tuf sont d'origine complexe, notamment en raison de l'association du carbone avec des formations végétales particulières. Il découle d'une réaction chimique : Le gaz carbonique libéré est utilisé par les végétaux pendant que le calcaire précipite. 


La grande majorité des tufs sont donc des matériaux calcaires de précipitation dite chlorophylienne. Au delà du processus physico-chimique, c'est donc la structure vivante (bryophyte, algues) qui permet la fixation des cristaux entre eux. Leur formation est donc totalement conditionnée par une qualité d'eau, la présence de certaines formations végétales. Toute modification biologique ou chimique pourrait totalement altérer ces formations et il est donc primordial de protéger ces biotopes.


2. Protection

Les sources pétrifiantes sont donc protégées au titre de la directive "habitats-faune-flore" sous l’appellation 7220 "Sources pétrifiantes avec formation de tuf". 





 153 sites sont actuellement protégés à ce titre en France


3. Pour en savoir plus

La fiche de description du Muséum d'Histoire Naturelle ici


Une étude sur les formations tufeuses et les groupements aquatiques associés a été réalisée pour la Cuisance. Vous pouvez consulter l'étude en intégralité sur ce lien.

samedi 12 octobre 2013

Restauration de la Lemme

Voici un exemple de restauration hydromorophologique de cours d'eau, dans le département du Jura. 

Le site a été présenté lors du colloque "restauration des cours d'eau en zone de marais", qui s'est déroulé les 8 et 9 octobre dernier à Labergement Sainte Marie (25).

1. Le projet

Le constat est simple, la Lemme, petite rivière du Jura( (39) présente un tracé totalement rectifié. Les travaux ont parfois été réalisés au fil des siècles, afin d’assécher le marais qu'elle traverse. Le cours d'eau ainsi "redressé" a perdu ses méandres et 50% de son linéaire. L'association de pêche locale, le parc naturel du haut Jura ainsi que la fédération de pêche du Jura discutent alors d'un projet de reméandrement du cours d'eau dès la fin des années 90. Un projet ambitieux de restauration du cours d'eau voit enfin le jour en 2011.

De nombreuses études sont alors mises en œuvre afin de comprendre le fonctionnement initial de la rivière et pouvoir définir les travaux à effectuer. Bien entendu, l'explication du projet à la population, afin de pouvoir intervenir sur des terrains privés (et pourtant inexploités) est complexe. Par chance, une partie du bassin  versant en rive droite est propriété de la commune.


 La particularité de la Lemme est qu'elle traverse une zone de tourbière qui, avant travaux est en voie de comblement avancé. La restauration de la Lemme aura ainsi plusieurs effets bénéfiques sur la rivière elle-même, sur la nappe d'accompagnement et donc sur la restauration de cette zone humide. A terme les objectifs sont de restaurer 2,5 km de cours d'eau avec 5 km de rives gagnés et 60 ha de zones humides restaurées.

2. Le déroulement


Après que toutes les phases d'étude aient été réalisées, les différents documents légaux publiés etc, la mise en œuvre du chantier a pu débuter. 

Le chantier s'est déroulé en plusieurs étapes sur un an. Les photos des différentes phase de chantier sont visibles sur le site du PNR du Haut Jura ici

1 - Octobre / novembre 2011 : travaux préparatoires, dégagement de l'emprise des futurs méandres, abattage des saules et autres ligneux, broyage de la végétation.

2 - Mars 2012 : marquage du futur tracé permettant de créer le nouveau lit du cours d'eau

3 - Août à octobre 2012 : travaux de terrassement, création du nouveau lit, comblement de l'ancien lit et des drains.

3. Les premiers résultats visuels


Avant de mettre en œuvre les différents inventaires faunistiques et floristiques permettant de juger de la réussite de ce superbe projet, les photos du site, un an après les travaux, sont déjà très parlantes. Voici les photos que j'ai réalisé cette semaine lors de la visite terrain du colloque.

Vue d'ensemble de la tourbière

Un méandre recréé
Le nouveau lit du cours d'eau avec un substrat qui se diversifie peu à peu. L'eau y est extrêmement claire, et affleure en bordure facilitant ainsi les débordements sur le site en période de hautes eaux.

Un aménagement du lit permettant une diversification des habitats

Le nouveau lit
Le marais restauré

Pour finir, deux photos prises par Pierre Durlet, l'animateur du projet au PNR du haut Jura. Le premier cliché a été réalisé en fin 2012, juste après les travaux. On remarque l'ancien tracé ainsi que le nouveau. Le second a été pris au printemps 2013.




Le pôle tourbière propose une petite brochure récapitulative au format pdf, disponible sur ce lien

vendredi 13 septembre 2013

Journées techniques zones humides des têtes de bassins

La Fédération des Conservatoires d’espaces naturels organise en partenariat avec l’agence de l’eau Loire-Bretagne, une journée technique sur les zones humides des têtes de bassin versant, le mardi 8 octobre 2013, à Veyrac (87).

Toutes les informations sont disponibles sur le site du plan Loire : ici

Voici le programme avec les liens vers les informations nécessaires pour se rendre sur place.

Et le lien pour s'inscrire ici


Fiches espèces aquatiques protegées

Depuis 2011, le ministère de l'environnement (MEDDE), le muséum national d'histoire naturelle (MNHN) et l'ONEMA se sont associés pour réaliser ensemble des fiches pratiques et pédagogiques ayant pour objectif de faire une synthèse bibliographique des connaissances concernant 105 espèces protégées, aquatiques, semi aquatiques ou liées aux milieux aquatiques. Il s'agit donc de poissons, amphibiens, insectes, végétaux, mammifères, oiseaux, ...


Les premières fiches viennent d'être publiées et son disponibles sur la plateforme de l'ONEMA sur le lien suivant http://www.onema.fr/Especes-aquatiques-protegees.

En cliquant sur l'image, la fiche associée à l'espèce s'ouvre au format pdf, enregistrable.

Gomphe à pattes jaunes
Brochet  
Ces fiches présentent notamment les éléments à mettre en œuvre dans le cadre de la gestion d'un milieu pour limiter l'incidence des activités et des projets envisagés. Les activités interdites réglementairement dès lors que l'espèce est présente sont aussi précisées. Ces fiches sont donc très complètes et renvoient vers des liens permettant d'obtenir d'autres informations et études publiées.

12 fiches sur 105 sont déjà disponibles sur le site de l'ONEMA. Les autres sont toujours en cours de rédaction et seront publiées au fur et à mesure. L'hydrobioloblog fera régulièrement un point sur l'avancée de la diffusion de ces fiches.

lundi 9 septembre 2013

Les gens du fleuve

Les gens du fleuve est une série de documentaires proposés par France 3 en cette fin d'été.

Pour la saison "2013", 3 fleuves ont été mis à l'honneur :
- Le Zambèze
- Le Gange
- Le Mékong

3 fleuves majeurs, 3 continents et 3 reportages qui démontrent à quel point un fleuve est la colonne vertébrale d'un pays et de toute une population.

Ces reportages sont d'ores et déjà disponibles en DVD mais les replay sont disponibles une semaine sur le le lien suivant : http://www.france3.fr/emissions/les-gens-du-fleuve/videos

Prochain rendez-vous mercredi prochain, le 11, Pour voyager sur le Mékong.



dimanche 1 septembre 2013

Revue de Presse Juillet / Août 2013

1. Les écrevisses à pieds blancs toujours en déclin

En Suisse, une des plus belle population d'écrevisses à pieds blancs vient d'être victime de l'aphanomices....

Un article de 20 minutes Suisse

http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/Les--crevisses-de-la-Lucelle-d-cim-es-10379042

2. Réchauffement climatique

Une équipe de chercheurs met en évidence que le réchauffement climatique rend les poissons de rivière de plus en plus petits.

Un article de sciences et avenir

http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/nature-environnement/20130812.OBS3005/des-poissons-de-plus-en-plus-petits.html


3. Reconquête de la qualité de l'eau

Le journal de TF1 qui aborde un cas concret de reconquête de la qualité de l'eau des rivières en Alsace. Un petit reportage clair et efficace




4. L'impact des barrages

Une étude américaine démontre que les "petits barrages peuvent être bien plus préjudiciables en terme de destruction des habitats et de dégradation écologique que les grands ouvrages hydroélectriques".

Article d'actu-environnement

mardi 27 août 2013

Fjord

Ma récente escapade en Irlande m'a permis de découvrir le fjord de Killary Harbour, marquant la limite entre les comtés du Connemara et du Mayo. 

Dans mon imaginaire, les fjords (prononcer fiord) étaient des milieux typiques des latitudes élevées (Norvège notamment mais j'avais eu l'occasion de naviguer sur l'immense fjord du Saguenay au Québec) et je me suis bien vite rendue compte que je n'étais pas vraiment capable de définir ce qu'était un fjord.

1. Définition

Ce qui distingue un fjord d'une autre embouchure de rivière vers la mer, c'est sa formation. En effet, le fjord est formé par le retrait du glacier laissant ainsi la possibilité à l'eau de mer d'avancer dans la vallée. L'eau y est alors saumâtre, même à marrée basse, car le fond de la vallée glaciaire est souvent plus bas que le niveau de la mer.

formation chronologique d'un fjord, issu du site http://webspace.webring.com/people/xa/aktaion/ijsbergen.htm
2. Le Fjord de Killarney Harbour, en Irlande

Le fjord de Killary Harbour est long de 16 km pour une profondeur maximale de 45m. De nombreuses rivières viennent se jeter dans cette embouchure et les paysages d'amont en aval n'en sont que plus variés, avec notamment, sur les plateaux, en altitude (environ 600 m), lacs et tourbières.

Lough Moher

Rivière Erriff, principal tributaire du fjord

Rivière particulièrement prisée des pêcheurs de salmonidés
Fjord Killary

Une pisciculture de saumons. Aujourd'hui, plusieurs d'entre elles font le choix d'un mode d'élevage raisonné, suivi par The Irish Organic Farmers and Growers Association (IOFGA), leur permettant d'avoir une estampille "bio". 

3. Images de fjords à travers le monde

Un petit reportage, réalisé par la BBC : la vie dans les fjords norvégiens

  
Quelques images de fjord à travers le monde


samedi 24 août 2013

Clef de détermination des macro-invertebrés

Comme vous le savez, les macro-invertebrés d'eau douce sont utilisés comme indicateurs de la qualité des écosystèmes aquatiques. L'analyse de leur peuplement permet notamment de calculer un indice de qualité appelé "Indice Biologique Global Normalisé" ou IBGN. Après avoir prélevé dans le milieu puis trié, déterminé, quantifié les "petites bêtes", on peut, en fonction de la présence de certaines notamment, établir une note sur 20 afin de définir la qualité du site étudié. 

Ces macro-invertebrés sont majoritairement des insectes (larves) mais aussi des vers, des mollusques, des crustacés.

Un ensemble d'ouvrages permettent d'identifier ces invertébrés. Vous connaissez peut-être déjà le "Tachet", une clef de détermination des invertébrés d'eau douce, couramment utilisée par tout hydrobiologiste ! C'est la bible de la détermination des petites bêtes de nos rivières.


 

Au delà de la clef de détermination, il permet de connaître les caractéristiques de chaque petite bête et leurs affinités vis à vis du milieux, ainsi que leur sensibilité face aux perturbations du milieu. 
 
Aujourd'hui, il existe une formidable clef de détermination en ligne, très richement illustrée par des photos (plus de 1000 actuellement et le site est régulièrement mis à jour). De plus,un module permettant de consulter la clef hors ligne est disponible. Cet outil a été développé par la DIREN Auvergne mais la qualité des photos peut intéresser même un néophyte de l'hydrobiologie.

A vous de vous promener sur le site à la découverte des invertebrés de nos rivières


Quelques photos issues du site, pour vous donner envie d'aller y jeter un coup d’œil.

trichoptère 


plécoptère (Perla)


lundi 19 août 2013

Journées techniques des gestionnaires de tourbières

Les 26 et 27 septembre 2013, auront lieu à Gerardmer, dans les Vosges, des journées techniques ayant pour objectifs la connaissance et les retours d’expérience en matière de gestion des tourbières.

Ces journées sont organisées par le pôle relai tourbière en collaboration avec le conservatoire des espaces naturels de Lorraine.

Vous trouverez tout le programme ici

Et pour en savoir plus sur le sujet allez sur le site du pôle relai tourbière

Des visites de terrain sont organisées.

Colloque Restauration de cours d'eau en zone de marais

Décidément, l'automne 2013 sera riche de séminaires et colloques.

Le parc naturel du jaut Jura organise deux journées de rencontres sur le thème de la restauration des cours d'eau dans les zones de marais.

Les 8 et 9 octobre 2013, à Labergement sainte Marie (25) des échanges et présentations de retours d’expérience auront lieu notamment autour des nombreux projets menés dans la région franche-comté. 

La Lemme reméandrée, photo PNR du Haut Jura

Le programme est disponible ici

Et voici le lien pour s'inscrire lien

Des visites de terrain enrichissantes sont notamment organisées le second jour.

lundi 12 août 2013

LIFE continuité écologique

Je vous ai souvent parlé du programme LIFE "Ruisseaux de têtes de bassins et faune patrimoniale associée" dont l'objectif était de préserver les espèces patrimoniales de tête de bassin et d’expérimenter des pratiques de développement durable sur les ruisseaux. http://www.liferuisseaux.org/




Le bilan ayant été très positif, un nouveau LIFE est à présent piloté par le Parc naturel régional du Morvan : Le LIFE + "Continuité écologique".

Les actions s'articulent autour de quatre grands axes :
  • des travaux de renaturation des habitats
  • des propositions d'adaptation des pratiques de sylviculture et d'agriculture, compatibles avec la protection des cours d'eau
  • la suppression des aménagements diminuant la connexion entre le cours principal et les affluents 
  • de la communication Les actions sont menées sur le territoire du PNR du Morvan et du PNR des ballons des Vosges. 
 Pour tout savoir de ce programme, voici le site internet http://www.life-continuite-ecologique.eu
Cette fois encore, des espèces indicatrices seront particulièrement suivies dans les actions du LIFE : Écrevisses à pieds blancs, moules perlières, truite fario, lamproie de planer, chabot, mulette épaisse. 

Les sites concernés sont
- La vallée de la Cure en Bourgogne,
- La vallée du Cousin en Bourgogne,
- et le plateau des 1000 étangs en Franche-Comté.
Le programme se déroule de 2011 à 2015.

vendredi 9 août 2013

Colloque gestion hydraulique et continuité

Un colloque est organisé par l'Onema et l'OIEau en partenariat avec l'Agence de l'eau Loire-Bretagne, le ministère en charge du développement durable, les Pôles-relais zones humides, MRM et Logrami, le Conservatoire du littoral et l'APCA.

"Quand gestion hydraulique rime avec continuité écologique dans les zones humides littorales" 30 septembre et 1er octobre 2013

Ce colloque me parait particulièrement intéressant puisqu'il cible la continuité écologique en zone humide, avec un aspect très opérationnel et "pratique" sous forme de retours d'experiences. 

Pour tout savoir du programme et des modalités d'inscription, rendez-vous sur le site dédié.

Ce colloque se tiendra à Nantes (44) avec une visite de terrain en prime. 


Pour ma part, j'attends la confirmation mais j'ai fait une demande d'inscription.

dimanche 14 juillet 2013

Revue de presse Juin 2013

1. Les pesticides réduisent fortement la biodiversité  aquatique.

Ce sujet est souvent revenu en juin. 

Le sujet est évoqué dans le Monde

http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/06/18/les-pesticides-reduisent-fortement-la-biodiversite-aquatique_3431797_3244.html

Ainsi que dans Futura sciences

http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/actu/d/insecte-cours-eau-contamines-pesticides-deciment-biodiversite-47252/

Et le journal Coté Quimper, quant à lui, rappelle que l'utilisation de pesticides à proximité immédiate des cours d'eau est tout simplement une infraction pénale

http://www.cotequimper.fr/2013/06/23/pesticides-un-rappel-a-la-loi/

 2. Inondations du Danube

Hongrie, Forêt de Gemenc : deux cerfs face aux inondations du Danube, le 11 juin 2013. AFP PHOTO / PETER Köhalmi

 
 
  

3. La dangerosité du poisson d'élevage est soulevé en Norvège

http://www.rtbf.be/info/societe/detail_la-norvege-reconnait-que-son-saumon-d-elevage-peut-etre-dangereux?id=8024275

mardi 25 juin 2013

Yellow water Kakadu national park

A l'approche des vacances, voici un sujet plus léger : une invitation au voyage et l'occasion pour moi de vous faire connaître l'un des endroits au monde qui m'a le plus séduit au cours de mes voyages...

Nous partons donc de l'autre côté du globe, en Australie, Territoire du Nord, dans le "KAKADU NATIONAL PARK". Il s'agit d'un parc classé au patrimoine mondial de l'unesco pour son patrimoine naturel et son patrimoine culturel. Bien que le patrimoine culturel soit tout aussi passionnant, aujourd'hui je vais vous parler d'une bribe du patrimoine naturel, et d'un site en particulier : Le billabong de Yellow water (Yellow water Billabong), immense zone humide du bassin versant de la South Aligator River ... Les noms sans équivoque invite déjà au voyage. 

En septembre 2012, aux aurores, nous sommes donc partis pour une balade aquatique à bord d'une petite embarcation à fond plat. 2h de découverte d'une nature à couper le souffle.




Aux premières lueurs du jours, on observe le plus d'animaux. La température en plein après midi pouvant atteindre 40°C, c'est le moment idéal pour se nourrir, se déplacer. Sur la photo suivante, au sommet de l'arbre mort, un cormoran à long cou Anhinga melanogaster novaehollandiae.

 

Près de 60 espèces  d'oiseaux ont été recensées dans ce billabong (un billabong est un méandre mort). On dénombre par exemple 5 espèces de martin pêcheur.

Un autre animal attire forcément notre attention... Le "salt water crocodile", crocodile de mer Crocodylus porosus, pouvant atteindre plus de 5 m de long et se nourrissant volontiers de chaire humaine. Les eaux du billabong sont des eaux douces mais ce crocodile peut alterner son mode de vie entre la mer et une remontée en cours d'eau.





  

La rencontre avec le Jabiru d'Asie Ephippiorhynchus asiaticus, ne nous laisse pas indifférents, surtout quand on sait que la puissance de son bec en fait le seul animal à pouvoir tuer un crocodile...



La Canaroie semipalmée Anseranas semipalmata est une espèce très courante dans cet habitat du nord de l'Australie. Elle est totalement encrée dans la vie des aborigènes qui ont coutume de collecter les œufs. Toutefois, l'espèce est protégée (comme la très grandes majorité des espèces présentes dans le billabong). 





 Les canards sont eux aussi fréquent en bordure Dendrocygna eytoni.


Les nénuphars roses à feuilles géantes offrent un ombrage intéressant pour les poissons, et notamment le Baramundi, poisson commun et très pêché dans ce secteur.




 Le pélican à lunette Pelecanus conspicillatus, peu farouche est lui aussi très présent.



 Le spatule d'Australie, espèce quasi endémique Platalea regia.


Pygargue blagre (Haliaeetus leucogaster)


   

Voilà donc quelques photos d'un site enchanteur ... Un milieu non perturbé  présentant une incroyable diversité d'espèces végétales et animales. Si un jour vous avez l'occasion d'aller en Australie, faites un détour par le Kakadu National Park.