vendredi 5 octobre 2018

Les écourues

Voici une technique que je découvre en Maine et Loire sur la rivière Mayenne ... Comme quoi, on apprend toute notre vie dans notre métier ! 

Connaissez-vous les écourues ? 

C'est une technique d'entretien de cours d'eau qui consiste à abaisser tous les barrages afin de rendre à la rivière son niveau naturel d'étiage. L'objectif est ensuite de pouvoir entretenir et intervenir sur les berges, les barrages, les seuils, les ouvrages en général. C'est aussi une méthode permettant de "nettoyer" la rivière de ses déchets. Elles sont réalisées sur les cours d'eau historiquement utilisés pour la navigation.

Ces opérations ont lieu habituellement tous les trois ans et sont organisées conjointement par les départements du Maine-et-Loire, de la Sarthe et de la Mayenne, sur les sections navigables des rivières du bassin de la Maine, de façon alternée (Sarthe, Maine, Oudon et Mayenne), ainsi que sur le Loir.

En ce moment, de septembre à novembre 2018, alors que nous sommes en étiage sévère ici du fait du manque de précipitation, les écourues ont lieu sur la rivière Mayenne et la vision de la rivière est assez impressionnante.  


Voici une vidéo filmée par drone, réalisée par Baptiste Houssemaine et Maxime Allard




Et voici une interview du conseil départemental sur la réalisation des écourues (TV Mayenne)


Ce qui est extrêmement frappant c'est de voir quelle est la section mouillée naturelle de la rivière. Par exemple, à Laval, en été (étiage), la Mayenne que nous observons c'est ça :


Et en ce moment, avec l'ouverture de tous les barrages c'est ça :

Photo Ouest France https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/laval-53000/laval-les-ecourues-de-la-mayenne-piegent-des-centaines-de-poissons-1391808
La Mayenne prend alors les allures d'un cours d'eau à truites. Dans de nombreux secteurs, la présence de gros blocs en fond du cours d'eau est la preuve de la puissance hydraulique naturelle de la rivière, totalement gommée par la présence des nombreux barrages.

De quoi se poser beaucoup de questions quant à nos capacités à retrouver un bon état écologique sur ces rivières compte tenu d'une telle artificialisation des débits ... Pour la Mayenne, c'est au XVIè siècle que les grands travaux qui ont permis à la Mayenne de devenir navigable ont été réalisés. Elle a été canalisée dès Laval à la fin des années 1800 avec le remplacement des portes par des barrages et écluses. 37 écluses sont maintenant présentes sur la Mayenne entre la ville de Mayenne et la confluence avec la Sarthe (85 km).


On peut, bien évidemment aussi, se poser la question de l'impact sur la vie aquatique d'un abaissement aussi brutal des niveaux d'eau, en ce moment où les conditions de sécheresse sont déjà traumatisante pour les milieux.

lundi 17 septembre 2018

Colloque Eau et Changement climatique

Les agences de l'eau et les comités de bassin organisent un colloque national sur le thème du changement climatique :

Eau et Changement climatique : une journée, des solutions


Il se déroulera le 18 novembre 2018 au centre des congrès de Lyon.

Retrouvez toutes les informations ainsi que le bulletin d'inscription sur le site suivant
https://www.sauvonsleau.fr/jcms/e_18113/accueil#.W5_TCVKYQ_U

Les présidents de tous les comités de bassin seront présents pour expliquer leurs différents plan d'adaptation au changement climatique.  Vous pourrez ensuite vous inscrire à des ateliers thématiques avec des solutions concrètes et des échanges avec des experts, des gestionnaires, etc.

dimanche 16 septembre 2018

Histoire d'un ruisseau de Elisée Reclus

Lecture du moment, au hasard des livres choisis à la bibliothèque.



Ce livre est paru en 1869 et le titre, autant que le quatrième de couverture m'ont convaincue de l’emprunter.  

"Elisée Reclus, géographe et poète, retrace en 20 chapitres d'un petit livre inclassable l'histoire d'un ruisseau". "C'est bien d'écologie avant la lettre qu'il s'agit dans cette ouvrage".

Il me semble que ces deux phrases résument finalement assez bien le livre. Je ne suis pas déçue, au contraire surtout quand j'essaie d'adopter la vision qu'il pouvait avoir du milieu en 1860.  La poésie autour de cette promenade le long d'une rivière depuis les sources jusqu'à la mer (chaque chapitre décrit un morceau de rivière "source", "torrent", "ravin", "sinuosités") est agréable à lire (j'ai été moins séduite par les très/trop grandes références aux différentes croyances et religions) . Mais certains chapitres traitent aussi de l'utilisation de la rivière par l'Homme et l'on peut alors être très surpris des constats faits à cette époque (avant les plus grandes modifications amenées par la seconde partie de la révolution industrielle).

Quelques extraits de ce qui me semble la preuve qu'au delà d'un géographe, il était un hydrobiologiste avant l'heure !

Comprendre comment fonctionne une rivière
Désormais c'est à tous les hommes qui aiment à la fois la poésie et la science, à tous ceux aussi qui veulent travailler de concert au bonheur commun, qu'il appartient de lever le sort jeté sur les sources [...]Nous ferons plus en l'honneur de la source. Nous l'étudierons dans son flot, dans ses rides, dans le sable qu'elle roule et la terre qu'elle dissout ; malgré les ténèbres, nous remonterons le cours souterrain jusqu'à la première goutte qui suinte à travers le rocher [...] nous connaîtrons le rôle immense que par son travail incessant elle joue dans l'histoire de la planète. 



Faire le diagnostic des problématiques : les chapitres qui concernent l'utilisation de l'eau faisaient déjà le constat des problématiques qui nous préoccupent encore aujourd'hui
exemple au chapitre 18 "L'eau dans la cité"

Dans nos pays de l'Europe civilisée où l'Homme intervient partout pour modifier la nature à son gré, le petit cours d'eau cesse d'être libre et devient la chose de ses riverains [...] ils l'emprisonnent entre des murailles mal construites que le courant démolit, ils l'emplissent d'ordures qui devraient servir d'engrais à leurs champs ; ils transforment le gai ruisseau en un immonde égout. 

La vie semble absente...

L'étude de l''hydromorphologie

Les berges ont perdu toute forme naturelle [...] les méandres sont remplacés par de brusques tournants.

La notion de service rendus par la nature et des grandes capacités d'épuration de la rivière "naturelle" sont bien mises en avant

l'organisme artificiel des cités est encore loin de ressembler pour la perfection aux organes naturels des corps vivants [...] l'eau souillée continue de couler dans les égouts et va polluer les fleuves où elle ne se purifie que lentement.
Cette épuration, que la science de l'homme a le tort de ne pas accomplir, les forces de la nature y travaillent de concert avec les habitants des eaux.  
Peu à peu, l'eau se clarifie, grâce à sa faune et sa flore, elle se débarrasse même des substances dissoutes qui la dénaturaient

J'aime particulièrement sa vision de ce que sera le futur. Il décrit le fonctionnement des futures station d'épuration, qui s'inspirent du fonctionnement de la nature ! 
Dans la ville future, ce que la science conseille sera aussi ce que font les hommes 
Ici, lorsqu'il parle de "sciences" il traite de ce qu'il observe dans la nature au sens de "sciences naturelles". Il décrit alors comment les égouts seront envoyés dans des bassins qui, après un tri, enverront via un système d'aqueducs l'eau chargée par les villes vers les champs appauvris qu'il faut régénérer en engrais.

 Déjà des constats de perte de diversité piscicole

Dans le chapitre qui concerne la pêche "D'ailleurs, les ruisseaux et les fleuves étaient jadis bien autrement riches en poissons qu'ils ne le sont de nos jours". Il décrit les méfaits de techniques de pêches industrielles (manque de sélection, destruction des géniteurs) et de la destruction des zones de fraie Non seulement il s'est servi de filets qui barrent la masse d'eau et en emprisonnent toute la population mais il a eu aussi recours au poison pour détruire d'un coup des multitudes . 
Malgré tout, il décrit la plupart des "bons pêcheurs" (i.e. ceux qui ne sont pas dans la pêche industrielle) comme un amoureux de ces pauvres bêtes, il en étudie les habitudes et le genre de vie avec une sorte d'enthousiasme. 
Il confirme comme les pêcheurs sont des hydrobiologistes à leur manière et décrit une belle partie de pêche ! (amis pêcheurs, regardez le chapitre 19). 
L'approche sociologique de la pisciculture n'est pas non plus sans intérêt.

L'irrigation

J'ai commencé à lire ce chapitre avec des a priori, suite à ce qu'il disait dans la première partie du livre : En même temps, nous apprendrons à l'utiliser d'une manière complète pour l'irrigation de nos campagnes et pour la mise en œuvre de nos richesses, nous saurons la faire travailler pour le service de l'humanité, au lieu de la laisser ravager les cultures et s'égarer dans les marécages pestilentiels. 

Mais finalement sa description de la gestion quantitative de l'eau n'est pas si différente de ce qui se fait encore aujourd'hui et il en fait une critique acerbe :
Le laboureur se plaint suivant les climats de manquer d'eau ou d'en avoir trop. D'ailleurs il se plaindra toujours, et avec raison, tant qu'il n'aura pas su s'associer avec son voisin pour utiliser de concert la ressource.

L'exploitation des richesses se fait dans le plus grand désordre et presque au hasard suivant les caprices du propriétaire riverain : l'un égoutte le sol de son domaine en le drainant par des canaux souterrains et grossit le volume du ruisseau par ses apports, un autre l'appauvrit au contraire en faisant des saignées à droite et à gauche pour arroser ses champs tandis qu'ailleurs des usiniers relèvent la surface du courant en construisant  des barrages. 

Et la conclusion : Ce sont des fantaisies contradictoires, des avidités en conflit qui prétendent régler la marche du ruisseau.

Ses propositions visent à replanter des arbres sur les secteurs en pente pour limiter le ravinage et permettre à l'eau de pénétrer dans le sol plutôt que de créer des torrents de boue destructeurs. La variation de débits des cours d'eau sera ainsi beaucoup moins brutale. Il parle aussi de réhabilitation des zones d’expansion de crue (en faisant référence aux anciens lacs comblés par les alluvions). La solution de création de lacs de barrage est aussi évoquée avec un objectif de régulation de crues et d'approvisionnement pour l'agriculture mais avec une condition qui est aujourd'hui exactement la cause de nombreux conflits : Le vrai danger dans l'avenir c'est que l'eau ne soit utilisée jusqu'à la dernière goutte et que le ruisseau, saigné d'innombrables canaux d'irrigation, pourrait bien tarir complètement et laisser dans la disette les riverains de son cours inférieur.

Bien évidemment, dans sa vision du futur, Elisée Reclus n'avait ni prévu la forte croissance démographique, ni les conséquences de la révolution industrielle, ni leurs conséquences sur le changement climatique et la guerre de l'eau qui se profile aujourd'hui. 



jeudi 12 juillet 2018

Rencontres migrateurs de Loire 2019









Elles reviennent ! Qui ? Les rencontres migrateurs de Loire ! Comme tous les 2 ans, mais cette fois-ci avec un petit décalage puisqu'elles auront lieu les 12 et 13 mars 2019, à Nantes.


Le thème pour cette 9ème édition : De l'eau douce de l'enfance à l'eau salée de la vie. 



Toutes les infos pratiques seront disponibles sur ce site : http://rencontres.logrami.fr/



lundi 9 juillet 2018

Rencontre autour de la Loire de la Maine à la mer




Le GIP Loire Estuaire organise une journée d'échanges afin notamment de présenter les travaux qui ont été menés et afin de fêter les 20 ans d’existence de cet organisme.


Cette journée aura lieu à Nantes le 18 septembre 2018 à l'espace événementiel TITAN.  La matinée est consacrée à la rétrospective des travaux menés ces 20 dernières années et l'après-midi sera scientifique avec les thèmes de l'expertise.


Le programme est accessible ici

vendredi 29 juin 2018

Les services rendus par l'environnement


1. Solutions basées sur la nature pour la gestion de l'eau

 Voici le rapport mondial des nations unies pour la mise en valeur des ressources en eau , publié par l'UNESCO en 2018 : "Les solutions basées sur la nature pour la gestion de l'eau"

Lien vers le pdf : http://unesdoc.unesco.org/images/0026/002614/261466f.pdf

Changement climatique, croissance démographique, comment faire face aux enjeux de l'eau potable, de l'épuration et à des besoins toujours croissants ? Voici un panel de solutions fondées sur la nature (appelées SfN). Certes elles ne règleront pas tous les problèmes mais elles offrent des perspectives intéressantes et nécessaires en impliquant la conservation ou la réhabilitation d'écosystèmes naturels mais aussi la mise en valeur ou la création de processus naturels dans des écosystèmes modifiés voire artificiels. 

Le document présente un panel large allant de l'échelle micro (comme les toilettes sèches) à l'échelle macro (utilisation du paysage). Il y a notamment de nombreuses applications en lien avec l'agriculture 



Quelques passages issus de l'ouvrage : 

- les SfN ont tendance à être en accord avec les lois coutumières et le savoir traditionnel qui peuvent être importants au niveau local

- La santé des sols, en particulier leur capacité à soutenir le cycle des nutriments a une influence majeure sur la qualité de l'eau, notamment dans les systèmes agricoles

- Comparativement à d'autres solutions, l'agriculture est de loin le secteur dans lequel les SfN ont le potentiel le plus élevé en terme d'amélioration de la disponibilité en eau, grâce à des gains d'efficacité dans le systèmes pluviaux et irrigués 

- Les mesures de protection des eaux de source fondées sur la nature sont souvent moins couteuses que la gestion des impacts en aval. 

- Les systèmes de Paiement des Services Ecosystèmiques offrent des mesures incitatives (argent, mais pas que...) aux propriétaires terriens ou aux agriculteurs en contre-partie des pratiques durables d'utilisation des terres.

- Les limites techniques des SfN résident dans leur capacité limitée à éliminer certains polluants, en particuliers dans les applications industrielles et minières où les effluents ont des concentrations élevées.

 Si les services rendues sur le plan agricole sont indéniables, les solutions fondées sur la nature trouvent donc leurs limites dans le domaine industriel.



2. UICN : Panorama des services écologiques

"Le Comité français de l’UICN présente un panorama des services rendus par les écosystèmes forestiers, marins et côtiers, urbains, montagnards, d’eau douce et agricoles en France.

Chaque écosystème a fait l’objet d’une brochure (6 au total) qui visent, sur la base des connaissances scientifiques et d’exemples concrets, à mieux connaître les services rendus par les écosystèmes en France pour sensibiliser les différents acteurs à l’importance de préserver la biodiversité sur notre territoire."

 l'ensemble  des documents est disponible sur ce site : http://uicn.fr/panorama-des-services-rendus-par-les-ecosystemes-france/

Et voici en particulier le document qui concerne les eaux douces. 

http://uicn-france.fr/wp-content/uploads/2015/04/Panorama-ecosystemes_eaux_douces-m7.pdf

jeudi 31 mai 2018

Taux d'étagement

Afin de caractériser l'impact cumulé des barrages sur les cours d'eau, un travail a été effectué par Pierre STEINBACH (ONEMA, Délégation interrégionale Centre-Poitou Charente) pour le compte du secrétariat technique du bassin Loire Bretagne en 2009. 

Le taux d'étagement correspond à la hauteur de chute cumulée rapportée sur la dénivellation naturelle.


Le taux de fractionnement quant à lui rend compte des hauteurs de chutte en fonction d'un linéaire : c'est la somme des hauteurs de seuils en fonction d'un linéaire étudié.

L'étude croisée des données montre que plus le taux d'étagement est élevé, plus le peuplement piscicole est dégradé. La logique veut que plus l'étagement est important, plus il y a une perte de fonctionnalité du cours d'eau en raison de la fragmentation des habitats et d'une rupture de continuité longitudinale. 

Sur le sujet, le secrétariat technique du bassin Loire Bretagne a rédigé une fiche d'aide à la lecture du SDAGE traitant de "l'utilisation des indicateurs de pression imputable aux ouvrages transversaux : taux d'étagement et taux de fractionnement". Le document est très complet avec des explications sur l'impact des barrages. 








dimanche 20 mai 2018

Centre National pour la Restauration des Rivières


Le Centre National pour la Restauration des Rivières a été créé en 2016 et a permis à la France d’adhérer à la "European Centre for River Restoration".

Animé par l'Agence française de la biodiversité, ce centre fédère les Agences de l’eau, les DREAL, le ministère en charge de l’Environnement et les Offices de l’Eau des territoires des Outre-Mer.*


Les missions du CNRR :
  • Mettre en réseaux et fédérer les acteurs de la gestion des milieux aquatiques autour de la restauration des rivières
  • Concevoir, produire et mettre à disposition des documents techniques, référentiels, données, aides méthodologiques, outils de sensibilisation pour la préservation, la restauration des rivières, la réduction des impacts
  • Élaborer et organiser l’offre de formation et rencontres nationales sur la restauration

C'est aussi l'occasion pour l'ONEMA / AFB de faire une page récapitulative de l'ensemble des recueils d’expériences qu'ils partagent dans le domaine de l'hydromorphologie. C'est accessible ici
C'est un bon moyen d'avoir sur une seule page, accès à toutes les ressources ! Une page à mettre dans les favoris donc !

J'attends avec impatience de voir leur offre de formation et les rencontres qui vont être mises en place. 


J'en profite pour vous donnez ce lien qui rassemble les vidéos des interventions proposées lors du Carrefour des Gestions Locale de l'eau 2018 auquel j'ai assisté en janvier. Le CRESEB les a "rangé" dans une page ce qui est bien pratique.


Morphologie des cours d'eau » CGLE 2018 / Séminaire : « La mobilisation des acteurs des territoires et des élus autour des opérations de restauration des cours d’eau – apport de la recherche et retours d’expériences »

 http://www.creseb.fr/?p=4347


Bon visionnage







* Les éléments sont issus du site de l'ONEMA http://www.onema.fr/le-centre-national-pour-la-restauration-des-rivieres

jeudi 22 mars 2018

Mooc Gestion et Politique de l'eau

Je suis actuellement un MOOC gratuit (seul le certificat de suivi est payant, 39 euros) sur le site coursea : Gestion et Politique de l'eau.

Organisé par l'Université de Genève, en voici la description :

Le MOOC Gestion et politique de l’eau vous permettra de comprendre les problèmes touchant à la gouvernance de la ressources en eau. Ce cours définira tout d’abord ce qu’est une ressource et plus particulièrement l’eau, son usage, les activités qui y sont rattachées ainsi que les conflits éventuels. Le cours portera plus en détail sur la gestion de l’eau en analysant les différents types de droits et devoirs qui entrent en jeu tels que le développement d’une réglementation multi-sectorielle et d’une approche de gestion par bassin versant.



Ce mooc a débuté mais il n'est pas trop tard pour vous inscrire et vous mettre à niveau. Le programme est le suivant 

Semaine 1 : De la définition d’une ressource aux idéaux de la gestion communautaire
Semaine 2 : Les règles de la ressource, leurs usages et leur contournement
Semaine 3 : De la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) au Nexus Eau-Énergie-Nourriture et Écosystèmes
Semaine 4 : La gestion intégrée par bassin versant
Semaine 5 : L’eau comme facteur de conflit et de coopération


ça se passe ici ! Bon MOOC et n'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé en commentaire.
 

mercredi 21 mars 2018

Le comité de bassin

Hier, le CESER des Pays de la Loire  (rappel sur ce qu'est le CESER ici) m'a désignée comme sa représentante au comité de bassin Loire-Bretagne.

1/ Qu'est-ce que le comité de bassin Loire-Bretagne? 

On pourrait comparer un comité de bassin à un parlement de l'eau, qui élabore la politique de l'eau sur son territoire. L'agence de l'eau est alors l'organisation chargée de l’exécution de ces projets. Les comités de bassin réunissent donc un grand nombre d'acteurs de l'eau sous formes de collège : les élus et collectivités (conseil régionaux, sénateurs, etc), les établissement publiques (DREAL, agence de la biodiversité, parcs naturels, ...) et les usagers (associations environnementales, agriculteurs, industriels, consommateurs,...). Parmi les usagers, il y a 1 représentant pour chacun des 6 CESER présent au comité de bassin. Je suis donc dans le collège des usagers, milieux socio-professionnels.

Ensemble ils élaborent donc le "plan d'action", c'est à dire le SDAGE "Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux"


2/ Et les autres comités de bassin ?

Bien sûr il existe un comité de bassin pour chacune des 6 agences de l'eau. L'agence de l'eau RMC a réalisé un documentaire qui retrace l'histoire de cette institution qui a eu 50 ans en 2017.


lundi 19 mars 2018

Documentation sur la liberté des cours d'eau

Voici un excellent petit film de l'agence de l'eau RMC sur la liberté cours d'eau


Et pour continuer sur le sujet, France Nature Environnement Languedoc-Roussillon a publié un  guide très clair et bien illustré sur l'espace de bon fonctionnement des masses d'eau.

Autre lien de l'autre côté de l'Atlantique avec ce mémoire présenté au Québec "Espace de liberté des cours d'eau : s'inspirer des meilleures pratiques pour définir un cadre de gestion québécois".
que vous trouverez sur ce lien.

Ces notions majeures sont plus que jamais à prendre en compte dans un contexte d'évolution climatique qui nous oblige à changer de paradigme concernant les inondations et la mobilité des cours d'eau. 

Autres documents intéressants : 
- Les actes des journées techniques (2014) de l'association rivière Rhône Alpes : Mobilité des cours d'eau et continuité latérale

- Le guide technique du SDAGE de l'Agence de l'eau RMC : Délimiter l'espace de bon fonctionnement des cours d'eau 


vendredi 9 mars 2018

Les levadas de Madère

Quelques jours de pause à Madère et une découverte qui mérite un billet sur le blog : Les Levadas !

Il s'agit d'un réseau d'irrigation quasi unique en son genre : près de 2 000 km de petits canaux sillonnent l'île. Certes, on est loin du respect de la continuité écologique mais ces levadas offrent de magnifiques balades et randonnées à qui les longe. Les premières ont été aménagées au moment de la colonisation de l'île, au XVème siècle, afin d'irriguer cannes à sucre et vignes. La construction ne devait pas être aisée quand on voit l'altitude, les falaises, les accès délicats, les tunnels creusés, etc. Les levadas sont en contre-haut de la rivière, dans la vallée : elles portent donc le nom de la rivière dont elles occupent le bassin versant.

Levada de le ribeira de Janela bordée d'agapanthes


On ne se rend pas compte sur les photos mais cette levada a une section de 1 m de profondeur sur 60 cm de large et le débit est important !

les points de vue sont à couper le souffle



 Mais les passages pas toujours aisés !

Levada de Ribeiro frio, de section plus petite (40 cm de large sur 50 cm de profondeur)


Et au bout de quelques petits kilomètres d'une randonnée aisée, un point de vue encore à tomber nommé "balçoes de ribeiro frio (les balcons)"




Et quand je disais qu'on ne pouvait pas parler de continuité écologique à Madère, voici un aperçu des rivières lorsqu'elles arrivent en bas de la vallée, à proximité des zones habitées et des routes...



mardi 27 février 2018

Quelques documentaires

Quelques documentaires à voir !

1. Dans le lit du Rhône 

Actuellement diffusé dans quelques cinémas notamment en Suisse. L'histoire du Rhône et de ses aménagements.






2. DamNation 

Un état des lieu de l'impact des grands barrages aux USA.
DVD disponible uniquement en Amérique pour le moment. 






3. Pour une Loire Vivante

Un film documentaire  de Jean-Pierre Gislard qui pointe notamment les bénéfices des boires et des annexes de ce fleuve. Il n'existe pas encore en DVD mais le réalisateur y pense. Diffusé dans quelques cinémas encore actuellement.




4. Jusqu'à la mer

film de Normand Bergeron et de Francis Bérubé, produit par les Films de l'Argent de Poche en collaboration avec Spirafilm, le CIRSA et l'INRS en 2003.  Belle vidéo sur le saumon atlantique, expliquant la fabuleuse histoire de son cycle de vie, de la rivière jusqu'à la mer!

Lien : https://vimeo.com/165436492



mercredi 21 février 2018

La douleur des poissons

Le 7 février dernier, il y avait une émission encore une fois passionnante sur France Inter .

L'édito carré était consacré à "La Douleur chez les poissons"

Vous pouvez écouter le podcast ici :




mercredi 14 février 2018

Livres d'identification et limnologie

Si vous êtes intéressés par l'identification des invertébrés d'eau douce, vous pouvez acheter les livres distribués par l'Association Française de Limnologie



Pour les néophytes, j'aime bien cette petite plaquette qui ne prend pas l'eau et que l'on peut donc emmener facilement sur le terrain pour une découverte des espèces aquatiques.

Retrouvez toutes les références sur le lien https://limnologie.fr/publications

Et pour savoir ce qu'est la limnologie, une vidéo d'explication de ce qu'est la science des eaux douces.  

lundi 12 février 2018

L'Aquathèque

Voilà une initiative que je trouve géniale !

La maison régionale de l'eau de la région PACA a créé une "Aquathèque".

http://mrepaca.com/aquatheque/


Au travers de son AQUATHÈQUE, la Maison régionale de l’eau met à disposition une base de données scientifiques, techniques et didactiques sur les milieux aquatiques de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

On y trouve une multitude de ressources, pour la plupart totalement transposables aux autres régions de France : 
  • des power point expliquant ce qu'est le macrobenthos, l'impact des sports d'eau vive sur les milieux aquatiques, et bien d'autres
  • des supports pédagogiques tels que des cartes à remplir pour les enfants, des fiches techniques, des réalisations de maquettes 
  • des jeux
  • une photothèque

Mais aussi des études complètes règlementaires, scientifiques et autres diagnostiques écologiques. 

Une mine d'or en terme d'informations en hydrobiologie !

Suivez le lien, inscrivez vous et hop, surfez !

jeudi 8 février 2018

Fin du Life "Continuité écologique"

En Août 2013, je vous parlais du LIFE "continuité écologique". Vous pouvez retrouver l'article que j'avais écrit ici.


Aujourd'hui, le LIFE est terminé et la restitution a eu lieu en juin 2017. Un film a été réalisé pour retracer les divers aspects du LIFE.

Film : Entre rivières vives et rivières domptées, un juste équilibre
32 minutes, pour aller à la rencontre de ces cours d’eau, en comprendre les enjeux. Alain Freytet, paysagiste naturaliste nous guide pour découvrir la richesse de ces lieux.


Des bonus au film sont visionnables sur le site du LIFE, ici

lundi 5 février 2018

CESER

Depuis le 1er Janvier 2018, je suis nommée "Personnalité Qualifiée" (alias P.Q. !) au CESER des Pays de la Loire. 


On sort un peu de l'hydrobiologie stricte mais pour prendre place dans une institution qui a du poids dans les grandes orientations environnementales d'une région, voire d'un bassin, voire du pays quand il s'agit du CESE. 

Vous n'avez jamais entendu parlé du CESER (comme la majorité des gens je pense) ? Voici un résumé rapide. 

En France, il y a 3 grandes assemblées : 
- le Sénat, 
- l'assemblée nationale
- le conseil économique social et environnemental

Ce dernier est décliné dans les régions. Il s'agit alors d'une assemblée jumelle du Conseil régional.  Le Conseil Économique Social Environnemental – CESER- est ainsi l’assemblée consultative de la Région représentant la « société civile organisée ». Il effectue des diagnostics, des analyses prospectives et avance des préconisations dans l’intérêt du développement régional.

Dans les Pays de la Loire, le CESER est composé de la manière suivante 



Le CESER examine tous les projets de la Région avant que le Conseil régional n’en délibère : le budget de la Région à toutes ses étapes (orientations, budget, budgets supplémentaires, compte administratif), la planification stratégique régionale sous toutes ses formes (schémas directeurs, plans stratégiques, contrats État-Région…). Il peut également répondre aux demandes d’avis et d’études du président du Conseil régional sur toute question à caractère économique, social, culturel et environnemental d’intérêt régional. Ces demandes émanent parfois de l’État lui-même.

Il conduit enfin de sa propre initiative des études prospectives ou liées à l’actualité.

Il existe plusieurs commissions, pour ma part, je suis inscrite dans la commission 5 : Aménagement des territoires et cadre de vie qui regroupe les thèmes majeurs suivants :

  • Aménagement des territoires
  • Politiques territoriales
  • Relations avec les organisations infrarégionales
  • Urbanisme, aménagement foncier et habitat
  • Déchets
  • Espaces naturels
  • Eau
  • Protection du littoral
  • Ressources naturelles et biodiversité
Pour vous donner un exemple, lors du précédent mandat, la commission a donné son avis sur le projet de SDAGE (Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux)  Loire-Bretagne.


Ceux qui me connaissent sauront peut-être me retrouver sur la nouvelle photo de "famille" ?


Et voilà à quoi ressemble mon hémicycle pour les 6 prochaines années. D'autant que j'ai aussi été élue membre du bureau. Une nouvelle et passionnante aventure commence pour l'hydrobioloblog !

jeudi 11 janvier 2018

Hydrobiologie au collège

Depuis le mois de septembre, j'effectue le remplacement de l'enseignant en SVT dans un collège / lycée. 

Depuis 2016, les programmes scolaires au collège ont changé et incluent une thématique importante concernant l'environnement, la planète terre et l'action de l'Homme.  J'ai donc largement de quoi aborder des notions d'écologie !

Mais je me sens encore plus dans mon élément quand je vois que certains livres abordent directement des définitions de bioindicateurs, zonation piscicole et hydrobiologie. En troisième les impacts négatifs des barrages et le déséquilibre hydromorphologique des cours d'eau ont même leur place. Autant dire que je me régale même si mes élèves me semblent parfois dubitatifs devant mon enthousiasme (et est-ce qu'ils retiendront quelque chose, telle est la question.... mais au moins j'aurais fait mon job !).

Quelques exemples de livres qui abordent ces thèmes :

Le Nathan Spiral'air, cycle 4 (livre de 5ème).

Le Hachette, cycle 4 aborde en 3ème la notion d'impact de l'Homme sur les écosystèmes à des échelles locales en expliquant comment les actions humaines modifient l'équilibre des rivières. J'aime aborder cette notion d'équilibre via l'hydromorphologie. Un bon moyen de lier les SVT à d'autres matières comme la physique.





Le Hatier, cycle 4 prend comme exemple pour les 3ème l'impact d'un barrage. J'ai trouvé ça excellent, à l'heure où on nous matraque encore l'esprit avec l'hydroélectricité comme énergie verte ....


Dans les cahiers d'exercices, en cinquième, on aborde la zonation piscicole. Dommage que l'oxygénation soit reliée à "l'agitation" plutôt qu'à la température (ce qui aurait là encore permis un lien avec les propriétés chimiques de l'eau et donc une transversalité dans les matières enseignées) mais au moins ça permet de faire la différence entre des zones de torrent (rhithron) et des zones plus calmes (potamon). Idem, les dessins des poissons sont, je pense, un peu éloignés de la réalité pour la truite et l'ombre. Ce manque de précision n'empêche pas les élèves de s’intéresser et comprendre le principe.

Ici le Nathan Ducot

Mais mon préféré reste sans nul doute le Bordas programme 2006, SVT 5ème .... Il aborde non seulement la zonation de Huet mais aussi un cas de réhabilitation des écosystèmes en se basant sur l'exemple du Drugeon dans le Haut Doubs !!




vendredi 5 janvier 2018

Journée Mondiale de la migration des poissons



Le 21 Avril 2018, aura lieu la journée mondiale de la migration des poissons, une journée visant à permettre la prise de conscience sur la problématique de la continuité piscicole. 

La reconnexion devra se faire à plusieurs niveaux : reconnecter les peuplements piscicoles, les rivières, les hommes...

Un ensemble d’événements auront lieu partout dans le monde (pour le moment, aucun évènement n'est enregistré en France). 

https://www.worldfishmigrationday.com/home 




The World Fish Migration Day (WFMD) is a one day global-local event to create awareness on the importance of open rivers and migratory fish. The next World Fish Migration Day is on April 21, 2018. 

Et pour ceux qui comprennent suffisamment l'anglais pour saisir le jeu de mot... 


Que dit le poisson quand il nage et se retrouve face à un mur ? réponse "dam" = jeu de mot entre zut (damn) et barrage (dam).