vendredi 21 novembre 2014

Evolution de la pensée : archives nationales

Hier avaient lieu les rencontres de l'eau organisées par l'Agence de l'Eau Loire-Bretagne, sur le thème de la restauration des milieux aquatiques.  Je reviendrais sur l'ensemble de cette journée dans un prochain article (vous pouvez consulter les vidéos présentées lors de la journée sur la chaine youtube de l'agence, ici ).

Ce que je souhaite vous montrer en priorité, ce sont quelques pépites d'archives de l'INA (Institut National de l'Audiovisuel). La journée de l'agence a en effet débuté avec une vidéo d'archive, un reportage tourné en 1975 et qui concerne les travaux d'aménagement de l'Arnon, affluent du Cher.


1. Aménagement de la vallée du Cher





Archive de l'Institut National de l'Audiovisuel

Morceaux choisis : François TERASSON, écologiste assistant au Muséum d'Histoire Naturelle dit " vous avez une rivière qui va couler beaucoup plus vite et qui donc , en été , se videra de son eau. Les berges commencent à s'ébouler ... Il fallait conserver les méandres" . Interview de pêcheurs mécontents car il n'y a plus de poissons .

Suite à ces images, lors de la journée de l'agence, le grand témoin, Jean-Baptiste NARCY, docteur en sciences de l'environnement indiquait alors que malgré la connaissance scientifique, le courant politique de l'époque était de l'ignorer  au profit d'une pensée qui considère la nature comme passive, avec un Homme qui la possède (et la modèle) par opposition à la pensée scientifique qui considère la nature autonome.

Dès lors, ces images prouvent qu'en tout état de cause, on ne peut pas dire "avant, on ne savait pas la conséquence des travaux".


2. Le remembrement

J'ai ensuite visionné d'autres reportages afin de savoir qu'elle était la vision concernant le remembrement et j'ai trouvé cette vidéo datant de novembre 1974 ... Elle a donc tout juste 40 ans. Le reportage se pose une question de société : Faut-il arrêter les remembrements inconsidérés qui défigurent les paysages?  Le film confronte point de vue d'écologistes et d'agriculteurs. L'importance des haies bocagères est évoquée.





3. La France défigurée

Ces deux vidéos sont issues d'une série nommée "La France défigurée".


Passionné par les questions liées à l'environnement, le journaliste Michel Péricard lance en 1971 avec Louis Bériot l'émission "La France défigurée" (sur Antenne 2). Au fil des émissions, les sujets font suite aux lettres des spectateurs qui accompagnent les reportage de terrain.

L'émission montre ainsi le bétonnage de Biarritz, le remembrement, la pollution des lacs, des châteaux d'eau babyloniens… Elle dénonce les papeteries polluantes à Quimperlé, les tours dans les stations de ski et les projets d'urbanisation des calanques de Marseille.

Louis de Funès, invité en 1971, prononce la phrase «La nature, c'est la seule chose qui vaille qu'on descende dans la rue !»

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire