mardi 21 août 2012

Les poissons aussi prennent des coups de soleil

Une étude australienne / britannique  vient de mettre en évidence que les rayons UV pouvaient être à l’origine de mélanomes chez les poissons. 

Ainsi, les poissons qui évoluent autour de la Grande Barrière de corail, dans l’océan Pacifique, sont atteints d’un cancer. L’étude a été menée plus particulièrement sur la truite de Corial, Plectropomus leopardus (aucun lien génétique avec la truite de nos rivières). Les scientifiques, qui ont publié leurs travaux dans la revue PLoS One, ont ainsi observé que, sur un échantillonnage de 136 poissons, 15 % présentaient des lésions cutanées. Des taches noires couvrant de 5 % de la peau jusqu’à la quasi-totalité pour certaines de ces truites connues habituellement pour leur  couleur orangée.

Les poissons ainsi atteints, sont fragilisés et leur espérance de vie est réduite à 6 mois.

Selon Michael Swett de l’université de Newcastle : “Étudier les maladies des poissons sauvages prend beaucoup de temps et coûte cher. Il est donc difficile de dire depuis combien de temps ces poissons sont malades”- “D’autres travaux devront être réalisés pour établir les causes exactes de ces cancers, mais, après avoir éliminé d’autres facteurs possibles tels que les microbes ou la pollution marine, les rayons UV apparaissent comme la cause vraisemblable”

Les prélèvements des poissons ont été effectués dans deux zones de la Grande Barrière, là où l’on observe régulièrement des trous dans la couche d’ozone stratosphérique, barrière naturelle pour les rayons ultraviolets.

truite de corail avec mélanome
Credit photo: Michelle Heupel/Australian Institute of Marine Science

«Cette étude présente l’intérêt d’être très nouvelle», souligne Évelyne Sage, chercheuse à l’Institut Curie (CNRS). Jusqu’à présent, en effet, on avait pu observer des mélanomes liés aux rayons ultraviolets, mais uniquement sur des poissons hybrides de laboratoire. «Les scientifiques vont devoir contrôler s’il n’existe pas de susceptibilité génétique particulière pour ces truites de corail».

Lien vers  l’article scientifique publié traitant du sujet (en anglais) http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0041989

Aucun commentaire:

Publier un commentaire