lundi 7 avril 2014

Tortue olivâtre

De retour du Costa Rica, je viens vous raconter cette merveilleuse expérience que j'ai vécue sur une plage de la côte pacifique : assister à ce spectacle incroyable qu'est une "arribada" de tortues olivâtres ...



1. La tortue olivâtre

Lepidochelys olivacea

Lepidochelys olivacea
Il s'agit de la plus petite espèce de tortue marine puisqu'à l'age adulte elle ne mesure "que" 60-70 cm pour un poids de 60 kg. Comme toutes les tortues marines, elle est protégée à l'échelle internationale (depuis 1981, toutes les tortues marines sont inscrites à l'annexe 1 de la convention de Washington).



En France, elle bénéficie de plan de restauration en Guadeloupe, Martinique et il est intéressant de noter que le site le plus important de ponte de tortues marines à l'échelle mondiale se situe en Guyane.

Répartition de présence de tortues olivâtres : source http://www.reseau-tortues-marines.org


Elles sont omnivores, atteignent leur maturité sexuelle vers 8 ans pour une durée de vie indéterminée mais qui peut atteindre certainement plus de 60 ans.

Elle doit son nom à la couleur de sa carapace, en anglais elle se nomme parfois "Ridley".

2. Les arribadas : l'arrivée des tortues


Les pontes sont d'autant plus spectaculaires qu'elles se font de manière massive, sous forme d'arribadas (arrivées). Elles arrivent donc à plusieurs milliers, synchronisées, à la tombée de la nuit durant 2-3 jours par mois (on pense à un phénomène lié au cycle lunaire).




Voici une vidéo d'une arribada vue du ciel, au Mexique. 


 A Ostional, en mars 2014, nous avons assisté à une "petite arribada" de seulement quelques centaines de tortues.


Après quelques heures, celles qui arrivent croisent celles qui partent.


3. La ponte


La tortue remonte jusqu'à la partie sèche du sable et commence à creuser avec ses pattes arrière. Elle utilise ses nageoires de manière à former un godet.


Le trou pourra mesurer jusqu'à 50 cm de profondeur. Une fois le trou creusé, la tortue entrera dans une phase de transe durant laquelle elle va pondre une cinquantaine d’œufs. Elle se reposera ensuite quelques minutes avant de recouvrir ses œufs et camoufler la zone en tapant le sol avec la face ventrale de sa carapace.




Comme vous l'avez compris, les tortues sont très nombreuses à pondre et lorsque les tortues de la seconde journée arrivent, elles déterrent souvent les pontes de la veille...


Ce qui n'est pas pour déplaire aux vautours qui se délectent des œufs !




Une fois la ponte terminée, la tortue retourne tranquillement vers l'océan, laissant sur le sable leur trace caractéristique.



La durée d'incubation est d'environ 60 jours mais est dépendante de la température du sable. Il en est de même pour la sexuation de la petite tortue. Plus la température est élevée, plus le taux de femelles sera important. Au delà de 35°C, la température est létale et l’œuf ne pourra pas éclore.

4. Les prélèvements d’œufs


Sur cette côte du Costa Rica, les tortues ne sont pas consommées et les villageois sont très sensibilisés à la protection des tortues. Ce sont souvent les villageois eux-même qui patrouillent sur les plages pour limiter le braconnage en période d'arribada. Toutefois, il est de coutume locale de consommer les œufs qui sont très riches en protéines et à forte valeur nutritive (et ont un goût d’œuf de poisson).

les scientifiques ont démontré que :
- les oeufs de la première journée d'arribada sont déterrés en majorité par les tortues des journées suivantes.
- les pontes hivernales ont très peu de chance d'éclore puisqu'il s'agit de la saison la plus chaude et que la température est létale pour les oeufs.
- les pontes qui n'arrivent pas à éclosion pourrissent et sont favorables à un développement bactérien et fongique qui peut mettre en péril les pontes suivantes.

Pour toutes ces raisons, il existe une tolérance qui permet aux villageois de continuer à prélever des œufs de tortues, directement dans les nids après le départ des tortues de la première journée. De plus, cela permet d'impliquer encore plus les locaux à la nécessité de protéger les tortues. En plus du prélèvements d’œuf, les villageois nettoient les plages des plastiques et autres déchets néfastes aux tortues.

Au lever du soleil, tout le monde se réunit sur la plage, en famille. Les femmes et les enfants cherchent les nids et creusent.




Les hommes repartent avec des sacs de plusieurs kilo remplis d'oeufs...


Les œufs sont pour certains revendus à plusieurs centaines de kilomètres, voire dans les pays voisins. Mais une grande quantité reste consommée localement.

Le prélèvement demeure un moment important du folklore local (et ça valait le coup de se lever à 5h du matin pour y assister et faire de belles photos au lever du soleil !)



Pour en savoir plus : l'association des guides locaux d'Ostional
https://www.facebook.com/Asociacion.Guias.Ostional

2 commentaires:

  1. Merci pour cet article intéressant sur les tortues olivatres. Je ne savais pas que le prélèvement d'oeufs était autorisé. Ce n'est pas le cas en Guyane, ou j'ai bénévolé quelques mois pour l'association qui met en oeuvre le programme de conservation au niveau de l'île de Cayenne. Cordialement, Emmanuel

    RépondreSupprimer
  2. J'ai été moi-même très surprise mais ça semble "cohérent" donc finalement pourquoi pas ...

    RépondreSupprimer